BUDGET : 8 millions d’Euros d’excédents, 1% d’augmentation d’impôts. Cherchez l’erreur !

Faire croire que l’excédent provient d’une bonne gestion est faux.

Ce surplus financier provient essentiellement d’investissements promis, budgétés et non effectués par la majorité municipale.

Par exemple, le Centre de la Culture et des Arts promis pendant la campagne municipale ou de la réfection de la Maison du Peuple ou encore l’aménagement de la Halle. La liste est longue.

Pourtant les investissements font cruellement défaut dans la ville, voirie en piteux état, manque de rénovation des salles municipales, patrimoine de la vielle ville à l’abandon, manque de places de parking, là encore, la liste est longue.

Pourquoi, avec un tel excédent, ne pas anticiper les infrastructures scolaires qui avec le nombre d’immeubles qui se construisent sur la ville vont rapidement faire défaut ?

Pourquoi alors avoir baissé de 30% les subventions aux associations ?

Pourquoi avec une telle capacité d’investissement ne pas lancer un plan de re-dynamisation du centre-ville ?

Pourquoi ne pas profiter de cet excédent pour rénover le patrimoine de la ville, et louer les espaces disponibles, comme cela se fait dans d’autres villes afin d’assurer des rentrées financières futures et pérennes ?

Pourquoi toujours prendre comme excuse la baisse des dotations de l’État quand on n’est pas en capacité d’accomplir les projets promis et que ce ne sont pas les finances qui manquent ?

Pourquoi avec un tel excédent augmenter une nouvelle fois les impôts de 1% ?Article La Provence - Augmentation impôts image008 image009

Histoire d’O

Lors de la présentation du budget 2018, la régie des eaux de Gardanne présentait un excédent de plus de 140 000€.

Lors du budget 2017, c’était un excédent de plus d’un million d’euros, venant de la Régie des Eaux, qui avait été reversé au budget municipal.

Ces sommes proviennent, le plus souvent, de travaux budgétés et non réalisés.

Rien d’étonnant quand on sait que, par exemple, 20 familles résidentes à la Petite Pourcelle à Gardanne ne sont pas normalement desservies en eau courante.

Depuis plus de 30 ans la commune refuse de les raccorder.

Le tort de ces usagers d’un service public Gardannais ?

Habiter plus près de Mimet que de Gardanne, ce qui n’empêche pas la Ville d’encaisser leurs taxes d’habitations et taxes foncières.

Pour être bien desservis, la majorité municipale leur conseille de voir avec Mimet ou avec le syndicat des eaux du bassin minier dont Gardanne n’est pas membre.

La desserte en eaux de la part d’une commune, fait partie de ses obligations (Article L.2224-7 du Code des Collectivités Territoriales).

L’argent ne manque pas pour financer une conduite de desserte fiable. D’autant plus que cette zone est considérée « à risque » en cas d’incendie !

La majorité municipale est toujours la première à donner des leçons de défense du service public, sauf lorsque le service public … c’est elle !

140 000 € dans le bas de laine et pas de ruissellement … Pour des Gardannais sans eau !

Visite La petite Pourcelle 1Visite la petite Pourcelle 2Visite la petite Pourcelle 3

Article La Provence La petite PourcelleArticle La Provence La petite Pourcelle 2Article La Provence La petite Pourcelle 3

 

« LES FEMMES PIONNIÈRES » – RENDEZ-VOUS LE 17 MARS 2018

Nous vous convions  Samedi 17 Mars 2018, à la Médiathèque de Gardanne, à 15 heures.

Pour la cinquième fois, Suzanne LONG, Brigitte FRELON et Josiane BONNET

 valoriseront et honoreront :

« Les Femmes Pionnières »

à travers les portraits de quelques unes d’entre elles.

ROSA PARKS

Rosa Louise McCauley Parks, dite Rosa Parks, est une femme afro-américaine

qui devint une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.

RENCONTRE du 22 Février 2018 – Compte Rendu

DEMAIN SE PRÉPARE AUJOURD’HUI !

Quarante personnes ont participé à cette rencontre citoyenne. Ils viennent de différents quartiers de Gardanne et Biver et, de ce fait, sont porteurs des informations du quotidien de leur lieu de vie.

Chacun, à tour de rôle, a pu s’exprimer sur la politique menée par la majorité municipale, tant dans ses aspects positifs que négatifs.

Notre action s’inscrit dans une démarche avant tout citoyenne et participative, en dehors de toute appartenance politique, chacun étant libre évidemment d’appartenir à titre personnel à un parti politique.

Nous avons regretté la concomitance entre cette réunion, prévue de longue date, et le Conseil Municipal de ce jour.

Voici les principaux points abordés : 

  • La Propreté, le cadre de vie

A l’unanimité les participants trouvent la ville sale ! Notamment la vielle ville. Si les équipes municipales assuraient un nettoyage régulier et de qualité, les gens seraient incités à moins polluer leur environnement…

Le nettoyage dans certaines zones est très rare. Les nids de poule ne sont pas comblés, certains les comparent même à des champs de mine !

Les parcs, notamment celui de la médiathèque, ne sont guère entretenus.

L’avenue de Toulon, dont un certain nombre de bornes ne tiennent plus, n’est plus une sécurité pour la centaine d’enfants qui se rendent à l’école.

  • La Désertification du Centre-Ville et la fermeture des commerces

Les commerces ferment les uns après les autres dans l’indifférence générale, rien n’est fait pour les aider, ni les animations en Centre-Ville, ni la possibilité de se garer.

  • L’Absence d’écoute des élus de la majorité

Des concertations sont organisées, très souvent à l’approche des élections, mais elles ne sont pas suivies d’effet, les remarques des participants ne sont pas prises en compte ! Ces concertations sont considérées comme des simulacres de démocratie.

  • L’Urbanisation de la Ville

De nombreux immeubles sont construits sans que les infrastructures indispensables soient réalisées (écoles surchargées, places de parking, circulation difficile etc. …). Le manque de places de stationnement génère des conflits de voisinage. À cela, se rajoutent des amendes pour stationnement gênant, les habitants subissent une pression supplémentaire qui n’est pas de leur fait, alors que sur le cours le stationnement gênant est rarement sanctionné !

Sur l’avenue de Nice, des ralentisseurs sont demandés, en vain. La circulation en ville est de plus en plus problématique, aucun plan de déplacement n’a été étudié.

La circulation au chemin des Clapiers est aussi problématique du fait du trafic des bus.

Au chemin de la Bonde, des véhicules empruntent quotidiennement la route en sens interdit, rien n’est fait suite aux plaintes récurrentes des habitants. Faut-il attendre qu’un accident grave se produise pour que la mairie décide enfin d’intervenir ?

Au même titre que les trottoirs, la voirie se dégrade. On ne compte plus les ‘nids de poules’. Certains quartiers, comme le Quartier La Bis, souffrent d’un manque d’éclairage et d’entretien.

  • L’Habitat

Des problèmes se posent sur la gestion du parc immobilier gérée par les bailleurs sociaux. Les différents locataires ou associations de locataires ne sont pas soutenus dans leurs démarches afin de régler des problèmes récurrents tels que : local poubelles, entretien des bâtiments, gestion des places de parking, etc.

  • La Pollution Omniprésente

Gardanne est une ville polluée, ce qui inquiète fortement les familles pour la santé, celle des enfants plus particulièrement. Des études épidémiologiques sont demandées pour connaître le degré de pollution, notamment en ce qui concerne l’usine Altéo et la Centrale thermique.

La Malespine dégage des odeurs nauséabondes, des travaux récurrents sont pourtant réalisés sans résultats probants. La pollution sonore est également présente avec les tirs de mines qui ont lieu 1 à 2 fois par semaine.

  • Le Domaine Économique

Le Maire communique beaucoup sur ce sujet, mais les communes voisines, plus dynamiques, ont profité du manque d’engagement, depuis de nombreuses années, de notre municipalité. Que de temps perdu…

Gardanne a une école d’ingénieurs, mais sans réels effets sur des créations de nouvelles entreprises innovantes telles les start-up…

En fait, la Mairie n’a pas de stratégie globale pour le développement économique de la commune.

  • Les Incivilités et la Sécurité

Le maire, pourtant Officier de Police Judiciaire, est en charge de la sécurité de ses administrés. Il considère que ce n’est pas de son ressort, mais de celui de l’Etat. Il refuse toute augmentation des effectifs de policiers municipaux. Ce qui implique la difficulté de faire cesser les actes d’incivilités.

Le stationnement est trop souvent anarchique, ce qui est problématique pour les piétons, les mamans avec les poussettes ou les fauteuils roulants des personnes âgées ou handicapées.

Cette situation ne semble préoccuper nullement les élus de la majorité. Aucune politique de prévention n’est véritablement mise en place pour mettre fin à toutes sortes d’activités illicites.

  • Les Transports

Les transports en commun fonctionnent le plus souvent à vide, la vitesse excessive des bus est souvent constatée.

Une habitante nous dit voir passer, devant chez elle, 36 Bus dans la journée et, souvent, quasiment vides.

La vitesse des bus est également évoquée.

La compétence du transport relève de la Métropole, mais la Mairie n’effectue aucune démarche pour régler ces dysfonctionnements.

  • La Culture

Depuis plus de 6 ans, la salle 1 du cinéma 3 Casino est toujours fermée.

Le projet du CLAEC (Centre de loisirs) de la majorité municipale a été purement et simplement annulé.

La médiathèque devrait se moderniser et se renouveler. C’est un service apprécié par la population qui mériterait une plus grande attention de la part de la municipalité.

Les écoles de musique et d’arts plastiques qui ne sont pas aux normes (pas d’accès pour les handicapés) attendent toujours de nouveaux locaux, pourtant promis lors du précédent mandat.

La fête de la Saint-Valentin, qui existait depuis des décennies, vient d’être annulée, alors qu’elle constituait un pôle d’attraction en centre-ville.

Des animations culturelles nombreuses sont proposées mais elles n’ont que peu d’impact dans l’animation du cœur de ville.

  • L’Enfance

Il est à déplorer le manque d’équipements pour les enfants sur la ville (aires de jeux, qui plus est, non sécurisées comme au jardin de la Médiathèque, ce qui est problématique pour les assistantes maternelles agrées qui ont la responsabilité des enfants, pas de centre d’accueil et de loisirs pour les enfants les mercredis et les vacances scolaires si ce n’est dans les salles de classe).

Les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) ressemblent davantage à des garderies qu’à des lieux d’ouverture culturelle pour les enfants.

Les cantines scolaires sont trop exigües pour accueillir le nombre important d’enfants. 4 à 5 services à table sont organisés, certains enfants mangent très peu de temps avant la reprise de la classe à 13h30.

Certains équipements, tels que toilettes, préaux, salle commune sont soit en nombre insuffisant soit trop petits pour accueillir l’ensemble des enfants.

Face à l’augmentation démographique, les écoles sont saturées et la qualité de l’accueil des enfants n’est pas au rendez-vous.

  • La Jeunesse

Les jeunes lycéens, en dehors du lycée, n’ont aucun lieu pour se retrouver. De même, les étudiants de Charpak n’investissent pas la ville.

La jeunesse, en général, n’a pas de lieux structurés pour se rencontrer.

Le désœuvrement est probablement cause d’incivilités et autres …

  • Les Personnes Âgées

En dehors la réalisation du foyer 3ème âge (attendu depuis une dizaine d’années), les personnes âgées bénéficient de peu de services au regard de ce qui est proposé dans les autres communes.

Les locaux mis à disposition pour le foyer de l’entraide à Gardanne sont d’une désolante vétusté. Quant à celui de Biver, il doit être ‘recasé’ en un autre lieu (au 1er étage d’un bâtiment voisin parait-il !…).

  • Biver

Le sentiment est que Biver est abandonné et qu’il se meurt plus vite que Gardanne. C’est aussi le grand oublié du Maire, alors que beaucoup est promis lors de chaque élection.

Les Bivérois attendent toujours la création d’un poste de police qui ne verra pas le jour, compte tenu des travaux actuels réalisés en mairie annexe pour accueillir d’autres services.

Le marché du jeudi est quasi inexistant, la poste n’est ouverte qu’à mi-temps, la Caisse d’Epargne a disparu…

Les locations de la salle de la Mairie annexe, notamment le week-end, ne sont pas encadrées et génèrent d’importantes nuisances sonores pour les riverains qui, de plus, ne sont pas soutenues par les forces de l’ordre.

  • Le Personnel Communal

Nombreux sont les Gardannais, jeunes et moins jeunes, qui rêvent ‘d’entrer à la Mairie’. Il est vrai que les entreprises, fermant les unes après les autres sur la Commune, limitent le choix de trouver un emploi à Gardanne. Le personnel municipal est, selon les services, soit très apprécié, soit fortement décrié. La gestion des différents services municipaux est aléatoire, les moyens alloués sont, pour certains services très en-dessous de la moyenne nationale. Du coup, certains usagers prennent peu en considération le personnel municipal et ceux qui font très bien leur travail ne sont que très peu récompensés ou considérés.

Le manque de formations et les propositions quasi inexistantes de stages font que le personnel ne peut techniquement évoluer et avoir un véritable projet de carrière au détriment de la communauté et de son épanouissement professionnel.

  • Le Budget Communal

Le taux d’endettement de la ville est très bas, ceci pourrait apparaître comme un élément positif. Mais en fait, il traduit une gestion de repli et de manque d’ambition du Maire pour sa commune.

Cette gestion démontre le manque de perspectives et de projets des élus de la majorité pour notre ville. Alors que les besoins tant en investissement et en infrastructures qu’en fonctionnement sont criants.

Souvent évoquées par le Maire, les baisses de dotations de l’Etat ne sont pas, à elles seules, la cause du retard prise dans de multiples domaines. Certaines communes voisines favorisent les investissements qui rapportent des loyers à la commune (achat de locaux reconvertis en logements ou commerces et loués pour le compte de la commune).

Il est indispensable d’innover pour trouver des compensations aux baisses des dotations de l’Etat.

L’exemple le plus criant est le centre de Bandol, propriété de la ville, qui est géré par une association de tourisme, qui verse un loyer annuel de 15 000 euros et qui accueille à peine une dizaine de familles par an. Ce centre, évalué à 6 ou 7 millions d’euros pourrait être vendu permettant ainsi à la commune de réaliser les investissements indispensables qui font défaut.

Nous continuerons nos consultations citoyennes au cours des prochains mois soit par quartiers soit par thèmes.

Nous vous invitons à y participer.

L’avenir de notre Ville ne peut se construire qu’ensemble !

RÉUNION PUBLIQUE – JEUDI 22 FÉVRIER à 18h30

Avec

Jean-Brice GARELLA

Demain se prépare

Aujourd’hui !…

 

Jean Brice Garella - Portrait

 

La ville s’est faite trop souvent sans vous et à vos dépens !

La parole est à vous !

Innovons et construisons un autre avenir pour Gardanne

Nous sommes tous préoccupés par :

Les incivilités – L’emploi – Les pollutions – Le logement

Les écoles  – Les déplacements – La propreté dans la ville

et bien d’autres sujets…

C’est votre expérience du quotidien qui permettra de trouver des solutions à mettre en place pour améliorer la vie de chacun.

Toutes les idées peuvent être bonnes !

Je vous donne rendez-vous : 

SALLE POLYVALENTE de la HALLE LÉO FERRÉ

Le JEUDI 22 FÉVRIER à 18h30

Pour une soirée de débats

Un apéritif convivial clôturera ce moment d’échange

 

SAINT-VALENTIN RAYÉ DU CALENDRIER

Saint Valentin 1Après l’élu délégué ‘aux herbes folles‘, il y a l’élu chargé d’éliminer ‘nos traditions’.

Après avoir essayé de faire disparaitre le Cinéma, voilà qu’aujourd’hui, c’est autour de la Foire de la St Valentin.

Cette foire fait partie de l’histoire de notre ville. Ses origines remontent au passé historique et agricole de Gardanne.

Des décennies d’une tradition balayée d’un revers de main par une équipe qui n’arrive plus à donner les impulsions nécessaires à la survie de notre commerce local.

Notre ville se meurt, les commerces ferment les uns après les autres, après 19h le cours est désert, seuls quelques ‘bistrots’ restent ouverts.

Certains diront que Gardanne n’est pas une exception !

Oui et alors ?

On fait quoi ?

On laisse mourir ?

Doit-on accepter comme une fatalité de voir s’éteindre à petit feu notre centre-ville qui est malade de la perte de ses commerces ?

Sans difficulté, et avec réussite, la majorité municipale transforme notre commune en ville dortoir ! Faire vivre la ville est plus difficile !

Nombreuses sont les villes qui travaillent à faire revivre les commerces de leur centre.

Des solutions existent, faut-il encore avoir la volonté de les rechercher  et les appliquer !

Si nous étions en charge du destin de notre ville nous aurions pris les mesures qui s’imposent pour sauver nos commerces et notre centre de vie.

Les amoureux de Gardanne sont affligés par cette disparition, triste Saint-Valentin.

DÉCORATION OFFICIER DES ARTS ET DES LETTRES

Remise décoration Officier des Arts et des Lettres - Tous ensemble pour notre villeC’est avec une vive émotion que j’ai reçu, du Ministère de la Culture et de la Communication, les insignes d’Officier de Arts et des Lettres.

Cette distinction m’a été remise par Monsieur Patrick Poivre d’Arvor, homme aux talents multiples, qui a toujours été un exemple pour moi.

Je tiens à remercier toutes les personnes présentes ce jour là, (dans la salle ou par la pensée), ainsi que toutes celles et tous ceux avec qui j’ai la chance de collaborer chaque jour.

Remise décoration Officier des Arts et des Lettres (2) - Tous ensemble pour notre ville

VISITE DU CENTRE ANCIEN

Visite du Centre Ancien - Tous Ensemble pour notre VilleCe Dimanche 28 Janvier au matin, un petit groupe d’amis et de sympathisants s’est joint à Jean-Brice Garella pour une visite de la vieille ville de Gardanne.

Cette visite a été organisée par l’Association Gardanne En Actions qui a sollicité l’expertise de M. Dominique Berthout, archéologue et habitant de la ville ancienne, pour découvrir ou redécouvrir l’évolution de notre ville au fil du temps.

 Un voyage passionnant du moyen âge, au 19e siècle, où nombreux sont les témoignages d’un passé chargé d’histoire.

Du haut de la montée de la Fraternité où se dressent les premiers murs d’enceintes, nous avons pu cheminer à travers le Centre Ancien, où perdure de véritables trésors de notre patrimoine archéologique.

En passant par les innombrables rues et ruelles, un visage méconnu de notre ville s’offre au visiteur.

Malheureusement peu mise en valeur, l’histoire de notre ville mérite tout notre intérêt.

Le travail de Monsieur Berthout est disponible à la médiathèque sous forme de CD-ROM ou en version papier.

 D’autres lieux sont à découvrir, à suivre…

 C’est dans l’établissement ‘O Café T’ que c’est terminé cette matinée culturelle autour de délicieux toasts et jus de fruits divers, pour les uns ou café pour les autres.

Voilà une façon originale de présenter ses vœux ! Une ère nouvelle s’ouvre …

Après s’être exécuté à cette traditionnelle et sympathique tâche, Jean-Brice Garella donne rendez-vous aux Citoyennes et Citoyens de Gardanne et Biver, le 22 février à 18h30, à la salle polyvalente de la Halle Léo Ferré :

 Pour un projet Citoyen : Demain se prépare aujourd’hui !

 Nous faisons appel à votre talent, votre expérience et votre volonté !

La parole est à vous !

 Visite du Centre Ancien (2) - Tous ensemble pour notre ville