Annulation du Conseil Municipal

Suite au conflit qui oppose la majorité municipale aux agents de service des écoles ainsi qu’aux parents d’élèves, Monsieur le Maire et ses élus ont décidé d’annuler purement et simplement le conseil municipal prévu initialement du jeudi 14 juin.

Face à des parents d’élèves placés dans une situation inextricable et un dialogue au point mort avec les agents de service des écoles, la majorité municipale fait preuve une nouvelle fois d’une absence totale d’esprit de dialogue et de concertation, mais je crois que nous y sommes tous habitués…

Les évènements récents opposant la majorité municipale aux agents des services municipaux des services scolaires en sont une nouvelle fois la preuve. Il en a été de même avec les parents d’élèves qui ont été reçus.

On ne peut pas gérer une ville à coup de conflits et de rapport de force. Les décisions doivent être construites avec tous les acteurs ( usagers, services municipaux, élus, représentants du personnel, associations, …) concernés.

Gestion erratique, au coup par coup, sans vision d’ensemble, la majorité municipale refuse toute proposition de qui que ce soit.

Lors des conseils municipaux notre groupe n’est jamais dans l’opposition systématique, il suffit pour s’en rendre compte de lire les comptes rendus. À chaque fois qu’une décision nous semble favorable pour la ville ou ses habitants, nous donnons notre accord, car pour nous l’intérêt général doit toujours passer avant l’intérêt « politique ». Inversement, lorsque nous faisons des propositions ou relayons des demandes de nos concitoyens, ces propositions nous sont systématiquement refusées. Il n’est même jamais évoqué l’étude ou la faisabilité. Avec la majorité municipale, c’est toujours non.

Si les habitants nous avaient portés aux responsabilités lors des dernières élections, nous aurions mis en place des instances de concertations et de dialogues. Attention, cela ne veut pas dire tout accepter et dire oui à tout, mais de donner à chacun le moyen de s’exprimer et de se faire entendre. Nous sommes persuadés qu’une démocratie participative et citoyenne est une bonne démocratie.


Article La Provence

Unknown

 

« On a l’impression de s’être fait cracher dessus »

Depuis plus d’une semaine, les enfant sont pris en charge par les Atsem qui parent au blocage. Sauf que « face au service minimum déguisé de la mairie », l’intersyndicale estime que « ça peut être dangereux pour les petits, notamment en considérant les allergies ou encore à l’absence de contrôle vis-à-vis des entrés au sein des établissements ».

Chaque partie semble donc camper sur ses positions et le résultat de cette incompréhension, c’est bien la reconduction de la grève jusqu’à nouvel ordre. Aujourd’hui, les chauffeurs de bus se joignent au mouvement : de 7h à 9h il n’y aura donc pas de transport.

Fatigués, remontés voire carrément en colère, les parents d’élèves des écoles maternelles et primaires de Gardanne sont à bout. Car si certains comprennent le combat des animateurs municipaux, la majorité en a marre. Marre de devoir poser des jours de repos pour aller chercher leurs enfants entre midi et deux, marre d’apprendre si la grève est reconduite ou pas au jour le jour mais surtout marre « de ne plus rien comprendre à leurs revendications ». « La grève dure depuis le 31 mai, livre une déléguée de parents d’élèves d’école primaire, et j’ai l’impressions qu’ils luttent plus pour leur souci d’emploi du temps mais qu’ils essaient de nous amadouer en nous disant que tout ça, c’est pour la sécurité des enfants! »

AU REVOIR MARLÈNE…

Unknown

Après un combat mené avec une volonté sans faille et un courage exemplaire,la maladie a fini par triompher.

C’est dans mes bras que Marlène nous a quitté ce Jeudi 17 Mai 2018.

Je suis persuadé que chacun gardera le souvenir d’une personne douce, gaie, posée et généreuse.

Plutôt que des fleurs, Marlène souhaitait qu’un don soit fait à la recherche contre le cancer, pour ceux qui le désirent.

Merci à Toutes et à Tous pour votre soutien et vos marques de sympathie

André CONTI


Marlène BIGGI-CONTI, conseillère municipale de Gardanne, nous a quitté ce Jeudi 17 Mai 2018.

L’amitié, la générosité, le partage, la bienveillance, l’attention portée aux autres, étaient sa façon d’être, mais aussi la douceur, la discrétion, et quand on pense à son visage, là c’est encore plus facile, son sourire et ses yeux pétillants qui emportaient tout sur leur passage.

Rares sont les personnes qui ont les deux beautés, la beauté extérieure et la beauté intérieure. Marlène faisait partie de ces personnes là.

 Ses parents étaient venus s’installer à Biver comme beaucoup, originaires d’un petit village d’Italie, un village situé au-dessus de Gênes, son village d’amour comme l’appelait Marlène, Fontanigorda. Son père travaillait à la mine de Biver, quand Marlène commença ses études. En premier à l’école de Biver, puis à Gardanne, puis Aix, avant d’intégrer l’IUT de Montpellier où elle obtint son diplôme d’analyste programmeur.

Elle aurait pu continuer ses études et devenir ingénieur, mais elle perdit son père à l’âge de 20 ans et dû commencer à travailler.

 Sa carrière débuta chez Olivetti, origine italienne oblige, puis elle participa à la mise en place des systèmes informatiques à Pechiney,

Puis elle devint associée dans une société de logiciels où elle exerça pratiquement toute sa carrière.

 Passionnée par la transmission et le partage, toujours dans cet esprit d’entraide qui était le fil rouge de sa vie, elle s’investit comme auxiliaire de vie scolaire aux collèges de Rousset et de Gréasque, notamment auprès des enfants autistes..

Marlène participa à de nombreuses associations, toujours discrète, car ce qui lui tenait le plus à cœur, c’était avant tout d’aider les autres.

Elle faisait partie de ces personnes dont on dit : jamais indifférente et toujours présente.

 On ne peut pas parler de Marlène sans évoquer le bien le plus précieux qui était pour elle sa famille, sa famille qui l’a aidée, accompagnée et soutenue tout au long de cette année.

Si Marlène avait souvent un sourire pétillant, c’était surtout grâce à ses enfants et petits-enfants Estelle, Philippe, Juliette, Alexio, Nathalie.

 Et puis, il y a des personnes dont on prononce rarement le prénom seul, pour nous, ces amis, c’était Marlène et André.

Marlène et André, font partis de ces couples indissociables, où l’on ne cite jamais le prénom de l’un sans citer immédiatement celui de l’autre.

 Ils formaient une entité unique, solide, comme s’ils ne faisaient qu’un, avec entre eux l’amour comme trait d’union.

 À leur première rencontre, Marlène avait 14 ans, André 17, puis le hasard de la vie les sépara, un temps, mais comme toutes les belles histoires d’amour, ils se retrouvèrent. Il y a quelques jours, ils venaient de fêter leurs 20 ans de mariage et leur 25 de retrouvailles comme dit André.

Un mariage où cela était pour le meilleur et pour le meilleur, à aucun instant l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre ne les a quittés et ne les quittera jamais.

Une vie heureuse, une vie complice et même à travers l’épreuve qu’elle traversa, l’amour d’André l’accompagna jour après jour, à travers mille attentions.

Jusqu’au dernier instant, où elle le passa dans les bras de l’homme qu’elle aimait.

 Nous perdons une personne chère à notre cœur car Marlène avait le don de cultiver l’amitié, comme d’autre leur jardin, avec bonheur, fidélité et bienveillance.

Et le plus bel hommage que l’on puisse lui rendre est de ne jamais oublier ses yeux pétillants de bonheur, et d’essayer d’apporter, comme elle, de la joie aux personnes qui nous entourent et nous sont chères.

 Au nom de tous les élus et de tous les membres de notre équipe, nous présentons toutes nos condoléances à sa famille.

 Un hommage solennel lui sera rendu lors du prochain Conseil Municipal.

Visite de Quartier Jean de Bouc / Les Clapiers

Unknown

Le 16 Mai, nous nous sommes rendus aux Clapiers pour une visite de quartier.

Plusieurs problèmes sont récurrents : pollutions atmosphériques, circulation intense des bus du Pays d’Aix en raison d’un centre de dépôt des véhicules, des terrassements ou remblais prévus dans la zone d’aménagement de Jean de Bouc et non réalisés.

Les riverains se sont plaints de l’ensemble de ces désagréments, recevant toujours la même réponse de la municipalité : oui, oui, on est au courant, on s’en occupe ! Oui, mais la question est quand ?

Des efforts ont été faits à la Déchetterie de la Malespine pour lutter contre les odeurs, mais cela reste  insuffisant. Selon les vents, les riverains doivent garder les fenêtres de leurs maisons fermées …

Les Bus du Pays d’Aix empruntent une route très étroite et inadaptée à leur circulation, une solution facile à mettre en oeuvre serait une prolongation de la route du dépôt sur la zone de Jean de Bouc (20 mètres au plus de goudron).

Sans compter que les Bus doivent couper la montée de Malespine (D46 route de Gréasque) pour tourner. La manoeuvre est extrêmement dangereuse pour tous les utilisateurs de la route.

Il a été présenté, il y a 10 ans, un projet d’aménagement de la zone de Jean de Bouc, plusieurs riverains y étaient même favorables, mais force de constater qu’une nouvelle fois entre le projet présenté et la réalisation finale, il y a … un très grand écart …

Les membres de notre équipe ainsi que les élus d’opposition restent à votre service (même en dehors des périodes électorales …).

Unknown-4  Unknown-3  Unknown-2  Unknown-1

ÇA SE PASSE AU CONSEIL MUNICIPAL

Notre groupe est présent à chaque Conseil Municipal et représente à lui seul l’opposition.
 
L’élu du Front National est toujours absent, tout autant que les autres candidats, aux dernières élections municipales. Les uns et les autres semblent être plus attirés par une élection plutôt que par la vie de la ville entre 2 campagnes électorales.
 
Le Conseil Municipal est public, tout citoyen est libre d’y assister !
 
Nous trouvons assez choquant de solliciter les suffrages des habitants de notre ville et si l’on n’a pas gagné l’élection, de se désintéresser totalement de la vie de la commune.
 
Notre groupe participe à chaque commission, essaie de faire remonter les informations qui nous sont transmises par les habitants ou de proposer d’autres solutions. Il est vrai que de nombreux sujets sont déjà actés avant de nous être présentés…
 
Notre rôle est de faire les propositions que nous pensons être les meilleures pour la ville, sachant que la majorité municipale les rejettera systématiquement !
 
Notre rôle est également de nous opposer à une gestion sans ambitions, dogmatique et partiale pour notre ville.
 
Il est dommage qu’une ville comme Gardanne, avec un si grand nombre de citoyens engagés dans le monde associatif (sportif, culturel, ou caritatif), ne soit pas consultée pour des sujets les touchants directement (notamment l’orientation du budget municipal).
 
La ville est fière de son monde associatif, mais pas assez pour lui demander son avis.
 
Allez comprendre ?…
 
Il est vrai qu’avec un excédent budgétaire de plus de huit millions d’Euros, avoir baissé les subventions de 30 % aux associations n’est pas très cohérent. Mais j’avoue avoir renoncé à trouver de la cohérence dans certains choix municipaux.
 
Nous sommes persuadés qu’associer la population, lui demander son avis, la faire participer à la vie communale serait une excellente chose, pour la démocratie et pour améliorer le quotidien du chacun. Car qui plus qu’un usager, un citoyen engagé, un habitant de tel ou tel quartier peut avoir un avis pertinent, proposer une solution constructive et efficace ?
 
C’est pourquoi, nous nous permettrons de vous demander votre avis sur différents sujets et les meilleures directions que pourrait prendre la ville. Tels qu’améliorer certains services, en proposer des nouveaux, faciliter le quotidien.
 
Nous sommes quelques fois surpris de la vision idyllique que porte la majorité municipale sur notre ville, où Gardanne serait une ville parfaite…ou presque !
 
Vous trouverez ci-joint quelques-unes de nos interventions lors du dernier conseil municipal
 
Bonne lecture
Synthèse Interv 1 au CM du 05-04-18_Page_1Synthèse Interv 2 au CM du 05-04-18_Page_2Synthèse Interv 3 au CM du 05-04-18_Page_3Synthèse Interv 4 au CM du 05-04-18_Page_4Synthèse Interv 5 au CM du 05-04-18_Page_5Synthèse Interv 6 au CM du 05-04-18_Page_6Synthèse Interv 7 au CM du 05-04-18_Page_7DKjUCvEWkAAiI9J

BUDGET : 8 millions d’Euros d’excédents, 1% d’augmentation d’impôts. Cherchez l’erreur !

Faire croire que l’excédent provient d’une bonne gestion est faux.

Ce surplus financier provient essentiellement d’investissements promis, budgétés et non effectués par la majorité municipale.

Par exemple, le Centre de la Culture et des Arts promis pendant la campagne municipale ou de la réfection de la Maison du Peuple ou encore l’aménagement de la Halle. La liste est longue.

Pourtant les investissements font cruellement défaut dans la ville, voirie en piteux état, manque de rénovation des salles municipales, patrimoine de la vielle ville à l’abandon, manque de places de parking, là encore, la liste est longue.

Pourquoi, avec un tel excédent, ne pas anticiper les infrastructures scolaires qui avec le nombre d’immeubles qui se construisent sur la ville vont rapidement faire défaut ?

Pourquoi alors avoir baissé de 30% les subventions aux associations ?

Pourquoi avec une telle capacité d’investissement ne pas lancer un plan de re-dynamisation du centre-ville ?

Pourquoi ne pas profiter de cet excédent pour rénover le patrimoine de la ville, et louer les espaces disponibles, comme cela se fait dans d’autres villes afin d’assurer des rentrées financières futures et pérennes ?

Pourquoi toujours prendre comme excuse la baisse des dotations de l’État quand on n’est pas en capacité d’accomplir les projets promis et que ce ne sont pas les finances qui manquent ?

Pourquoi avec un tel excédent augmenter une nouvelle fois les impôts de 1% ?Article La Provence - Augmentation impôts image008 image009

Histoire d’O

Lors de la présentation du budget 2018, la régie des eaux de Gardanne présentait un excédent de plus de 140 000€.

Lors du budget 2017, c’était un excédent de plus d’un million d’euros, venant de la Régie des Eaux, qui avait été reversé au budget municipal.

Ces sommes proviennent, le plus souvent, de travaux budgétés et non réalisés.

Rien d’étonnant quand on sait que, par exemple, 20 familles résidentes à la Petite Pourcelle à Gardanne ne sont pas normalement desservies en eau courante.

Depuis plus de 30 ans la commune refuse de les raccorder.

Le tort de ces usagers d’un service public Gardannais ?

Habiter plus près de Mimet que de Gardanne, ce qui n’empêche pas la Ville d’encaisser leurs taxes d’habitations et taxes foncières.

Pour être bien desservis, la majorité municipale leur conseille de voir avec Mimet ou avec le syndicat des eaux du bassin minier dont Gardanne n’est pas membre.

La desserte en eaux de la part d’une commune, fait partie de ses obligations (Article L.2224-7 du Code des Collectivités Territoriales).

L’argent ne manque pas pour financer une conduite de desserte fiable. D’autant plus que cette zone est considérée « à risque » en cas d’incendie !

La majorité municipale est toujours la première à donner des leçons de défense du service public, sauf lorsque le service public … c’est elle !

140 000 € dans le bas de laine et pas de ruissellement … Pour des Gardannais sans eau !

Visite La petite Pourcelle 1Visite la petite Pourcelle 2Visite la petite Pourcelle 3

Article La Provence La petite PourcelleArticle La Provence La petite Pourcelle 2Article La Provence La petite Pourcelle 3

 

« LES FEMMES PIONNIÈRES » – RENDEZ-VOUS LE 17 MARS 2018

Nous vous convions  Samedi 17 Mars 2018, à la Médiathèque de Gardanne, à 15 heures.

Pour la cinquième fois, Suzanne LONG, Brigitte FRELON et Josiane BONNET

 valoriseront et honoreront :

« Les Femmes Pionnières »

à travers les portraits de quelques unes d’entre elles.

ROSA PARKS

Rosa Louise McCauley Parks, dite Rosa Parks, est une femme afro-américaine

qui devint une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis.

RENCONTRE du 22 Février 2018 – Compte Rendu

DEMAIN SE PRÉPARE AUJOURD’HUI !

Quarante personnes ont participé à cette rencontre citoyenne. Ils viennent de différents quartiers de Gardanne et Biver et, de ce fait, sont porteurs des informations du quotidien de leur lieu de vie.

Chacun, à tour de rôle, a pu s’exprimer sur la politique menée par la majorité municipale, tant dans ses aspects positifs que négatifs.

Notre action s’inscrit dans une démarche avant tout citoyenne et participative, en dehors de toute appartenance politique, chacun étant libre évidemment d’appartenir à titre personnel à un parti politique.

Nous avons regretté la concomitance entre cette réunion, prévue de longue date, et le Conseil Municipal de ce jour.

Voici les principaux points abordés : 

  • La Propreté, le cadre de vie

A l’unanimité les participants trouvent la ville sale ! Notamment la vielle ville. Si les équipes municipales assuraient un nettoyage régulier et de qualité, les gens seraient incités à moins polluer leur environnement…

Le nettoyage dans certaines zones est très rare. Les nids de poule ne sont pas comblés, certains les comparent même à des champs de mine !

Les parcs, notamment celui de la médiathèque, ne sont guère entretenus.

L’avenue de Toulon, dont un certain nombre de bornes ne tiennent plus, n’est plus une sécurité pour la centaine d’enfants qui se rendent à l’école.

  • La Désertification du Centre-Ville et la fermeture des commerces

Les commerces ferment les uns après les autres dans l’indifférence générale, rien n’est fait pour les aider, ni les animations en Centre-Ville, ni la possibilité de se garer.

  • L’Absence d’écoute des élus de la majorité

Des concertations sont organisées, très souvent à l’approche des élections, mais elles ne sont pas suivies d’effet, les remarques des participants ne sont pas prises en compte ! Ces concertations sont considérées comme des simulacres de démocratie.

  • L’Urbanisation de la Ville

De nombreux immeubles sont construits sans que les infrastructures indispensables soient réalisées (écoles surchargées, places de parking, circulation difficile etc. …). Le manque de places de stationnement génère des conflits de voisinage. À cela, se rajoutent des amendes pour stationnement gênant, les habitants subissent une pression supplémentaire qui n’est pas de leur fait, alors que sur le cours le stationnement gênant est rarement sanctionné !

Sur l’avenue de Nice, des ralentisseurs sont demandés, en vain. La circulation en ville est de plus en plus problématique, aucun plan de déplacement n’a été étudié.

La circulation au chemin des Clapiers est aussi problématique du fait du trafic des bus.

Au chemin de la Bonde, des véhicules empruntent quotidiennement la route en sens interdit, rien n’est fait suite aux plaintes récurrentes des habitants. Faut-il attendre qu’un accident grave se produise pour que la mairie décide enfin d’intervenir ?

Au même titre que les trottoirs, la voirie se dégrade. On ne compte plus les ‘nids de poules’. Certains quartiers, comme le Quartier La Bis, souffrent d’un manque d’éclairage et d’entretien.

  • L’Habitat

Des problèmes se posent sur la gestion du parc immobilier gérée par les bailleurs sociaux. Les différents locataires ou associations de locataires ne sont pas soutenus dans leurs démarches afin de régler des problèmes récurrents tels que : local poubelles, entretien des bâtiments, gestion des places de parking, etc.

  • La Pollution Omniprésente

Gardanne est une ville polluée, ce qui inquiète fortement les familles pour la santé, celle des enfants plus particulièrement. Des études épidémiologiques sont demandées pour connaître le degré de pollution, notamment en ce qui concerne l’usine Altéo et la Centrale thermique.

La Malespine dégage des odeurs nauséabondes, des travaux récurrents sont pourtant réalisés sans résultats probants. La pollution sonore est également présente avec les tirs de mines qui ont lieu 1 à 2 fois par semaine.

  • Le Domaine Économique

Le Maire communique beaucoup sur ce sujet, mais les communes voisines, plus dynamiques, ont profité du manque d’engagement, depuis de nombreuses années, de notre municipalité. Que de temps perdu…

Gardanne a une école d’ingénieurs, mais sans réels effets sur des créations de nouvelles entreprises innovantes telles les start-up…

En fait, la Mairie n’a pas de stratégie globale pour le développement économique de la commune.

  • Les Incivilités et la Sécurité

Le maire, pourtant Officier de Police Judiciaire, est en charge de la sécurité de ses administrés. Il considère que ce n’est pas de son ressort, mais de celui de l’Etat. Il refuse toute augmentation des effectifs de policiers municipaux. Ce qui implique la difficulté de faire cesser les actes d’incivilités.

Le stationnement est trop souvent anarchique, ce qui est problématique pour les piétons, les mamans avec les poussettes ou les fauteuils roulants des personnes âgées ou handicapées.

Cette situation ne semble préoccuper nullement les élus de la majorité. Aucune politique de prévention n’est véritablement mise en place pour mettre fin à toutes sortes d’activités illicites.

  • Les Transports

Les transports en commun fonctionnent le plus souvent à vide, la vitesse excessive des bus est souvent constatée.

Une habitante nous dit voir passer, devant chez elle, 36 Bus dans la journée et, souvent, quasiment vides.

La vitesse des bus est également évoquée.

La compétence du transport relève de la Métropole, mais la Mairie n’effectue aucune démarche pour régler ces dysfonctionnements.

  • La Culture

Depuis plus de 6 ans, la salle 1 du cinéma 3 Casino est toujours fermée.

Le projet du CLAEC (Centre de loisirs) de la majorité municipale a été purement et simplement annulé.

La médiathèque devrait se moderniser et se renouveler. C’est un service apprécié par la population qui mériterait une plus grande attention de la part de la municipalité.

Les écoles de musique et d’arts plastiques qui ne sont pas aux normes (pas d’accès pour les handicapés) attendent toujours de nouveaux locaux, pourtant promis lors du précédent mandat.

La fête de la Saint-Valentin, qui existait depuis des décennies, vient d’être annulée, alors qu’elle constituait un pôle d’attraction en centre-ville.

Des animations culturelles nombreuses sont proposées mais elles n’ont que peu d’impact dans l’animation du cœur de ville.

  • L’Enfance

Il est à déplorer le manque d’équipements pour les enfants sur la ville (aires de jeux, qui plus est, non sécurisées comme au jardin de la Médiathèque, ce qui est problématique pour les assistantes maternelles agrées qui ont la responsabilité des enfants, pas de centre d’accueil et de loisirs pour les enfants les mercredis et les vacances scolaires si ce n’est dans les salles de classe).

Les TAP (Temps d’Activités Périscolaires) ressemblent davantage à des garderies qu’à des lieux d’ouverture culturelle pour les enfants.

Les cantines scolaires sont trop exigües pour accueillir le nombre important d’enfants. 4 à 5 services à table sont organisés, certains enfants mangent très peu de temps avant la reprise de la classe à 13h30.

Certains équipements, tels que toilettes, préaux, salle commune sont soit en nombre insuffisant soit trop petits pour accueillir l’ensemble des enfants.

Face à l’augmentation démographique, les écoles sont saturées et la qualité de l’accueil des enfants n’est pas au rendez-vous.

  • La Jeunesse

Les jeunes lycéens, en dehors du lycée, n’ont aucun lieu pour se retrouver. De même, les étudiants de Charpak n’investissent pas la ville.

La jeunesse, en général, n’a pas de lieux structurés pour se rencontrer.

Le désœuvrement est probablement cause d’incivilités et autres …

  • Les Personnes Âgées

En dehors la réalisation du foyer 3ème âge (attendu depuis une dizaine d’années), les personnes âgées bénéficient de peu de services au regard de ce qui est proposé dans les autres communes.

Les locaux mis à disposition pour le foyer de l’entraide à Gardanne sont d’une désolante vétusté. Quant à celui de Biver, il doit être ‘recasé’ en un autre lieu (au 1er étage d’un bâtiment voisin parait-il !…).

  • Biver

Le sentiment est que Biver est abandonné et qu’il se meurt plus vite que Gardanne. C’est aussi le grand oublié du Maire, alors que beaucoup est promis lors de chaque élection.

Les Bivérois attendent toujours la création d’un poste de police qui ne verra pas le jour, compte tenu des travaux actuels réalisés en mairie annexe pour accueillir d’autres services.

Le marché du jeudi est quasi inexistant, la poste n’est ouverte qu’à mi-temps, la Caisse d’Epargne a disparu…

Les locations de la salle de la Mairie annexe, notamment le week-end, ne sont pas encadrées et génèrent d’importantes nuisances sonores pour les riverains qui, de plus, ne sont pas soutenues par les forces de l’ordre.

  • Le Personnel Communal

Nombreux sont les Gardannais, jeunes et moins jeunes, qui rêvent ‘d’entrer à la Mairie’. Il est vrai que les entreprises, fermant les unes après les autres sur la Commune, limitent le choix de trouver un emploi à Gardanne. Le personnel municipal est, selon les services, soit très apprécié, soit fortement décrié. La gestion des différents services municipaux est aléatoire, les moyens alloués sont, pour certains services très en-dessous de la moyenne nationale. Du coup, certains usagers prennent peu en considération le personnel municipal et ceux qui font très bien leur travail ne sont que très peu récompensés ou considérés.

Le manque de formations et les propositions quasi inexistantes de stages font que le personnel ne peut techniquement évoluer et avoir un véritable projet de carrière au détriment de la communauté et de son épanouissement professionnel.

  • Le Budget Communal

Le taux d’endettement de la ville est très bas, ceci pourrait apparaître comme un élément positif. Mais en fait, il traduit une gestion de repli et de manque d’ambition du Maire pour sa commune.

Cette gestion démontre le manque de perspectives et de projets des élus de la majorité pour notre ville. Alors que les besoins tant en investissement et en infrastructures qu’en fonctionnement sont criants.

Souvent évoquées par le Maire, les baisses de dotations de l’Etat ne sont pas, à elles seules, la cause du retard prise dans de multiples domaines. Certaines communes voisines favorisent les investissements qui rapportent des loyers à la commune (achat de locaux reconvertis en logements ou commerces et loués pour le compte de la commune).

Il est indispensable d’innover pour trouver des compensations aux baisses des dotations de l’Etat.

L’exemple le plus criant est le centre de Bandol, propriété de la ville, qui est géré par une association de tourisme, qui verse un loyer annuel de 15 000 euros et qui accueille à peine une dizaine de familles par an. Ce centre, évalué à 6 ou 7 millions d’euros pourrait être vendu permettant ainsi à la commune de réaliser les investissements indispensables qui font défaut.

Nous continuerons nos consultations citoyennes au cours des prochains mois soit par quartiers soit par thèmes.

Nous vous invitons à y participer.

L’avenir de notre Ville ne peut se construire qu’ensemble !