Voeux 2017

2433e3c0

Chères amies,
Cher amis,

 

Vous avez été nombreux en 2016 à nous apporter votre aide, votre soutien, à donner de votre temps, à échanger avec nous sur l’avenir de notre ville et nous tenons à vous en remercier chaleureusement.

Vous faites partie de ces Gardannais-es et Biverois-es qui ne se résignent pas face aux problèmes que l’on n’ose plus affronter.

En 2017, nous aurons à coeur d’aider les habitants de notre ville, de nos quartiers à trouver l’énergie pour aller de nouveau de l’avant.

À vos cotés, nous voulons que Gardanne retrouve la place qui fut la sienne. En son temps, Gardanne fut le cœur du bassin minier. Faute de n’avoir su anticiper l’avenir, notre ville a perdu son attractivité, et petit à petit elle s’est éteinte.

Ensemble nous allons créer un nouvel élan afin de redynamiser notre ville, redonner à Gardanne la place qui doit être la sienne au sein de la Métropole, du territoire du Pays d’Aix et de l’ancien bassin minier.

Ensemble nous mettrons en place les conditions pour attirer de nouvelles entreprises, créatrices d’emplois. Nous donnerons les moyens aux commerçants et artisans, de s’installer et de se développer à nouveau chez nous.

Faisons de nouveau battre le cœur de Gardanne !

Notre ville doit  parvenir à nouveau à conjuguer essor industriel, respect de l’environnement et progrès social.

Une ville où la tranquillité publique et la sécurité sont une réalité.
Une ville tournée vers son avenir, avec la volonté et la détermination de prendre des positions fortes, d’affirmer ses choix et de porter haut ses valeurs.

Une ville qui respecte la voix de ses habitants, leurs projets et qui les accompagne dans leurs réalisations.

Car la politique de la fatalité et de la résignation menée par la majorité depuis des décennies n’est pas le seul chemin qui existe.

Ne pensez pas que tout a été essayé et que l’on a fait le maximum, car ce n’est pas vrai, de nombreuses solutions existent, mais encore faut-il avoir la volonté de les mettre en place.

Ce que nous apprend l’histoire, c’est que devant une situation difficile, il ne faut jamais renoncer, se résigner ou chercher des coupables, ce qui est la marque de fabrique de l’actuelle majorité. Bien au contraire, il faut résister et trouver ensemble l’énergie de se dépasser et la volonté d’agir.

Aujourd’hui, comme hier et demain, nous avons à coeur de rassembler, au delà de nos différences, tout les citoyens prêts à s’engager pour co-construire une projet de ville tournée vers l’avenir.

Notre engagement doit être, pour les années à venir, celui de l’espoir d’une vie meilleure pour tous et d’une redynamisation de notre commune.

Au nom des élus de Tous Ensemble Pour Notre Ville et de tous les membres de notre équipe, je vous souhaite une merveilleuse année 2017.

Que cette année vous apporte son lot de bonheur, de santé et de surprises…

Nous aurons la joie de vous retrouver le 2 Février à 18h30 au Foyer 3ème âge autour de la traditionnelle galette des rois.

Jean-Brice Garella, Karine Martinez, Hervé Rigaud, Martène Biggi-Conti, Bruno Amic, Brigitte Apotheloz, Tony Baldo et tous les membres de l’équipe Tous Ensemble Pour Notre Ville

 

 

La fermeture de l’école Montessori « À tâtons » de Gardanne : une incompréhension et des questions…

La Mairie a pris le 22 septembre dernier un arrêté municipal ordonnant la fermeture administrative de l’école pour des raisons de sécurité et d’accessibilité, notamment à cause d’aléas technologiques liés à des cuves de fuel de l’établissement Altéo.

Monsieur le Maire reconnait que le zonage autour d’Altéo est « extrêmement subtil ».

Si l’on se réfère à la définition du mot ‘subtil’, il trouve difficilement sa place dans la mise en place du périmètre de sécurité d’un PLU (Plan Local d’Urbanisme).

Subtil : ingénieux, perspicace, qui a de la finesse. On dit couramment de quelqu’un : il a un esprit subtil.

Subtil : difficile à saisir, difficile à comprendre. Nuance de sens très subtile.

Dans le cas du zonage d’Altéo la subtilité n’est pas de mise, encore moins l’extrême subtilité !

La ‘subtilité’ des propos de M. le Maire concernant sa décision nous laisse perplexe.

Faut-il entendre par là que la règle ne serait pas la même pour tous?

Cet arrêté a été officiellement contesté par les représentants de l’école.

Accompagné des élus d’opposition, je me suis rendu à l’école « à tâtons », située dans la zone du quartier de La Plaine.

Nous avons pu rencontrer une équipe d’enseignants compétents, motivés,  ayant pour objectif commun le bien-être des enfants dans la pratique d’un enseignement novateur qui prone l’autonomie, le respect du rythme de chacun, l’apprentissage expérimental, le libre choix des activités et l’auto discipline. 

Cet établissement propose une pédagogie différente de celle couramment proposée par l’Éducation Nationale. Cette école vient donc en complément et non pas en concurrence avec les établissements scolaires de notre ville.

Il est important de noter qu’elle ne coûte rien à la collectivité et pratique une tarification en fonction des revenus des parents..

Au-delà de la de polémique sur les différentes autorisations d’ouverture, nous ne comprenons pas le refus de dialogue de la Mairie. Que cache cette décision?

Cinq rendez-vous ont été sollicités auprès de Monsieur le Maire par l’équipe d’enseignants, mais visiblement sans succès.

Dix emplois à terme seront crées.

Des solutions existent, pour peu qu’on se donne la peine de les rechercher.

Ce manque de volonté est malheureusement devenu la marque de fabrique de la majorité et de son maire.

Accuser continuellement l’Europe, l’État, le Gouvernement ou la Métropole ne constitue pas une politique ambitieuse et volontariste pour les habitants de notre ville.

L’enseignement et la formation doivent être une priorité municipale.

Toute les écoles publiques, privées et républicaines, ont droit d’exercer à Gardanne, comme ailleurs !

Lorsqu’un projet novateur a l’occasion de voir le jour sur notre commune, nous devons être à l’écoute et accompagner dans le dialogue et la concertation les personnes souhaitant s’installer sur Gardanne ou Biver.  C’est ce que nous aurions fait.

Une pétition contre la fermeture de l’école a été signée par plus de cinq cent personnes. Pourquoi toujours imposer ‘des bras de fer’ et des méthodes de gestion d’une époque révolue alors que cette école n’a jamais été visitée par aucun élu de la majorité.

Nous demandons à ce qu’une réunion de concertation se tienne rapidement afin de trouver les moyens de conserver cet établissement sur notre commune. Nos voisins de Simiane ou Bouc Bel Air se feraient un plaisir de nous faire un pied de nez en les accueillant.

Pour les enfants et leurs familles, pour l’emploi, pour notre ville et son rayonnement, il est encore temps de permettre à cette école de vivre.

ecole-a-tataons-article-journal