Author Archives: admin

Bonnes fêtes de fin d’année

Fêtes de fin d'année

Chères Gardannaises et chers Gardannais,

Chères Bivéroises et chers Bivérois,

En cette fin d’année marquée par un mouvement sans précédent, les Gilets Jaunes animés par la volonté de voir se constituer une gestion où les citoyens seraient, au quotidien, associés aux décisions qui les touchent, j’ai souhaité m’adresser à vous qui nous suivez et lisez notre newsletter.

Depuis cinq ans, je mène un combat dans l’opposition pour la défense de nos idées, pour une autre façon de diriger notre ville, pour apporter d’autres solutions.

Notre ville a de la ressource, elle a de la volonté, elle a de l’espoir, elle dispose de nombreux atouts et d’innombrables talents, j’en ai toujours été convaincu.

 Ma volonté d’agir pour Gardanne est intacte.

Je le fais par conviction et aussi par respect pour les plusieurs milliers de citoyens de Gardanne et Biver, qui m’ont apporté par leurs votes, l’espoir pour une autre gestion municipale, d’un quotidien différent et d’un autre avenir pour notre ville.

 À un peu plus d’un an des futures élections municipales, le temps des grandes manœuvres et des petites trahisons a déjà commencé…

Nombreux sont ceux qui pronostiquent sur la future liste « gagnante » afin de se « caser ou se placer», mais malheureusement le meilleur projet pour notre ville et ses habitants, n’est pas, pour ceux-là, la préoccupation première.

Certains doutent, d’autres espèrent un renoncement de ma part. Je parle de ceux qui n’ont qu’une obsession, celle de gagner ou tenter de gagner l’élection municipale.

Oui mais pourquoi faire ?

Continuer la politique qu’ils ont mené avec la majorité sortante où les difficultés de chacun passent à la trappe pour on ne sait quels autres intérêts, poursuivre la politique de favoritisme pour certains mise en œuvre dans de nombreux domaines (logement, emploi…), étouffer les initiatives privées…

La véritable préoccupation de chacun n’est pas de savoir qui sera candidat, la véritable préoccupation  est le chômage et comment le combattre chez nous, c’est la difficulté à se loger et comment trouver les solutions, c’est la précarité sous toutes ses formes et toutes ses injustices, c’est aussi la pollution, la vie chère, les incivilités et la tranquillité publique, la qualité de l’accueil dans nos écoles etc…

Ma seule préoccupation, c’est le manque de solution apportée depuis longtemps, trop longtemps, aux problèmes rencontrés au quotidien.

Je n’ai jamais cru à l’homme ou la femme providentiel.

Je n’ai jamais cru que la démocratie consistait à élire un Maire et une majorité tous les 6 ans sans que les citoyens(es) n’aient la possibilité d’intervenir dans la gestion municipale.

Je suis convaincu que les raisons de la désaffection des citoyens pour la politique locale et envers les politiques sont le manque de transparence et d’éthique des élus, le clientélisme et la non-implication des citoyens dans la gestion de la cité.

Fort de cette conviction, j’ai la volonté de mettre au cœur de notre réflexion, la concertation et la participation citoyenne, non par effet de mode, mais parce que vous êtes les meilleurs experts de votre quotidien.

Aussi, nous mettrons en œuvre, avec votre soutien, une véritable démarche de participation citoyenne en créant des Comités de Quartiers, un Conseil des Séniors, un Conseil des enfants et des jeunes, un Conseil de la Vie Locale regroupant des représentants des habitants, associations, commerçants, artisans et entreprises qui sera consulté sur les grands projets de la ville et qui pourra soumettre aux élus des avis et propositions. Ces instances participatives seront dotées d’un budget participatif pour leur fonctionnement et permettront de re-dynamiser la vie locale.

J’ai commencé à réunir il y a quelques jours des femmes et des hommes engagés dans la vie locale pour réfléchir et proposer un projet alternatif ainsi qu’une autre façon de concevoir la gestion municipale.

Nous proposerons à la rentrée des réunions consultatives sur tous les sujets qui touchent les Gardannais et Bivérois au quotidien.

Un nouvel avenir est possible, des solutions existent, il est temps de nous unir pour les mettre en œuvre.

Ma préoccupation est l’avenir de notre Ville et ses habitants. Le combat que je tiens à mener est celui qui nous permettra de donner à notre ville un souffle nouveau.

Mes adversaires ne sont ni des femmes ni des hommes, mes adversaires sont les difficultés que chaque Gardannais et Bivérois rencontre au quotidien.

Ces difficultés, qui ne sont que trop rarement prises en compte, je m’engage à les combattre avec force et détermination et avec votre participation active.

Un large rassemblement de bonnes volontés pour atteindre cet objectif est nécessaire, je compte sur chacune et chacun d’entre vous pour apporter sa pierre à la réussite de « notre » projet pour « notre » ville.

Je vous souhaite en cette fin d’année de belles fêtes auprès de celles et ceux qui vous sont chers et je vous donne rendez-vous d’ici quelques semaines.

Jean-Brice GARELLA

Centre ancien, les problèmes perdurent…

Les problèmes sont nombreux dans la vieille ville et les habitants n’ont de cesse de les signaler : problèmes importants de stationnement, nettoiements insuffisants, insécurité, circulation quasi impossible…

De nouvelles habitations ont vu le jour et n’ont fait qu’augmenter le problème du stationnement, le nettoiement est toujours très insuffisant. Rien n’a été mis en place, les problèmes perdurent et s’aggravent.

Nous devons porter la plus grande attention à la propreté de tous les quartiers et à l’aménagement des équipements et des parkings nécessaires.

Comme beaucoup d’autres  quartiers jadis si agréables, ils se détériorent et pourtant des solutions existent. Le patrimoine de Gardanne et Biver est riche et ne demande qu’à être mis en valeur.


imageimageimageimageimage

 

RÉSULTATS DU SONDAGE

MERCI POUR VOTRE PARTICIPATION !

Vous avez répondu en grand nombre à notre consultation citoyenne qui a eu lieu entre le 24 mai 2018 et le 19 juin 2018.

Merci à tous ceux qui ont pris le temps d’analyser et d’évaluer les services proposés sur notre ville. Cette consultation nous permet d’appréhender au mieux les attentes des habitants.

Nous vous invitons à prendre connaissance des résultats complets du sondage (nous vous invitons à cliquer sur les images ci-dessous).

Nous vous proposerons à la rentrée prochaine une réunion-débat sur les solutions à mettre en place pour une réelle démocratie citoyenne et participative.

ALLEZ LES BLEUS !

world-cup-logo-2018

Chaque soir en regardant les équipes des différentes nations s’affronter, je pense à ce texte :

« A la rentrée des classes, regarde tous les élèves et remarque qu’ils sont tous différents, que cette diversité est une belle chose. C’est une chance pour l’humanité. Ces élèves viennent d’horizons divers, ils sont capables de t’apporter des choses que tu n’as pas, comme toi tu peux leur apporter quelque chose qu’ils ne connaissent pas. Le mélange est un enrichissement mutuel.
Sache enfin que chaque visage est un miracle. Il est unique. Tu ne rencontreras jamais deux visages absolument identiques. Qu’importe la beauté ou la laideur ! Chaque visage est le symbole de la vie. Toute vie mérite le respect. »

(Tahar Ben Jelloun, Le Racisme expliqué à ma fille)

Comme quoi nous pouvons faire des miracles avec un petit ballon rond !

Annulation du Conseil Municipal

Suite au conflit qui oppose la majorité municipale aux agents de service des écoles ainsi qu’aux parents d’élèves, Monsieur le Maire et ses élus ont décidé d’annuler purement et simplement le conseil municipal prévu initialement du jeudi 14 juin.

Face à des parents d’élèves placés dans une situation inextricable et un dialogue au point mort avec les agents de service des écoles, la majorité municipale fait preuve une nouvelle fois d’une absence totale d’esprit de dialogue et de concertation, mais je crois que nous y sommes tous habitués…

Les évènements récents opposant la majorité municipale aux agents des services municipaux des services scolaires en sont une nouvelle fois la preuve. Il en a été de même avec les parents d’élèves qui ont été reçus.

On ne peut pas gérer une ville à coup de conflits et de rapport de force. Les décisions doivent être construites avec tous les acteurs ( usagers, services municipaux, élus, représentants du personnel, associations, …) concernés.

Gestion erratique, au coup par coup, sans vision d’ensemble, la majorité municipale refuse toute proposition de qui que ce soit.

Lors des conseils municipaux notre groupe n’est jamais dans l’opposition systématique, il suffit pour s’en rendre compte de lire les comptes rendus. À chaque fois qu’une décision nous semble favorable pour la ville ou ses habitants, nous donnons notre accord, car pour nous l’intérêt général doit toujours passer avant l’intérêt « politique ». Inversement, lorsque nous faisons des propositions ou relayons des demandes de nos concitoyens, ces propositions nous sont systématiquement refusées. Il n’est même jamais évoqué l’étude ou la faisabilité. Avec la majorité municipale, c’est toujours non.

Si les habitants nous avaient portés aux responsabilités lors des dernières élections, nous aurions mis en place des instances de concertations et de dialogues. Attention, cela ne veut pas dire tout accepter et dire oui à tout, mais de donner à chacun le moyen de s’exprimer et de se faire entendre. Nous sommes persuadés qu’une démocratie participative et citoyenne est une bonne démocratie.


Article La Provence

Unknown

 

« On a l’impression de s’être fait cracher dessus »

Depuis plus d’une semaine, les enfant sont pris en charge par les Atsem qui parent au blocage. Sauf que « face au service minimum déguisé de la mairie », l’intersyndicale estime que « ça peut être dangereux pour les petits, notamment en considérant les allergies ou encore à l’absence de contrôle vis-à-vis des entrés au sein des établissements ».

Chaque partie semble donc camper sur ses positions et le résultat de cette incompréhension, c’est bien la reconduction de la grève jusqu’à nouvel ordre. Aujourd’hui, les chauffeurs de bus se joignent au mouvement : de 7h à 9h il n’y aura donc pas de transport.

Fatigués, remontés voire carrément en colère, les parents d’élèves des écoles maternelles et primaires de Gardanne sont à bout. Car si certains comprennent le combat des animateurs municipaux, la majorité en a marre. Marre de devoir poser des jours de repos pour aller chercher leurs enfants entre midi et deux, marre d’apprendre si la grève est reconduite ou pas au jour le jour mais surtout marre « de ne plus rien comprendre à leurs revendications ». « La grève dure depuis le 31 mai, livre une déléguée de parents d’élèves d’école primaire, et j’ai l’impressions qu’ils luttent plus pour leur souci d’emploi du temps mais qu’ils essaient de nous amadouer en nous disant que tout ça, c’est pour la sécurité des enfants! »

AU REVOIR MARLÈNE…

Unknown

Après un combat mené avec une volonté sans faille et un courage exemplaire,la maladie a fini par triompher.

C’est dans mes bras que Marlène nous a quitté ce Jeudi 17 Mai 2018.

Je suis persuadé que chacun gardera le souvenir d’une personne douce, gaie, posée et généreuse.

Plutôt que des fleurs, Marlène souhaitait qu’un don soit fait à la recherche contre le cancer, pour ceux qui le désirent.

Merci à Toutes et à Tous pour votre soutien et vos marques de sympathie

André CONTI


Marlène BIGGI-CONTI, conseillère municipale de Gardanne, nous a quitté ce Jeudi 17 Mai 2018.

L’amitié, la générosité, le partage, la bienveillance, l’attention portée aux autres, étaient sa façon d’être, mais aussi la douceur, la discrétion, et quand on pense à son visage, là c’est encore plus facile, son sourire et ses yeux pétillants qui emportaient tout sur leur passage.

Rares sont les personnes qui ont les deux beautés, la beauté extérieure et la beauté intérieure. Marlène faisait partie de ces personnes là.

 Ses parents étaient venus s’installer à Biver comme beaucoup, originaires d’un petit village d’Italie, un village situé au-dessus de Gênes, son village d’amour comme l’appelait Marlène, Fontanigorda. Son père travaillait à la mine de Biver, quand Marlène commença ses études. En premier à l’école de Biver, puis à Gardanne, puis Aix, avant d’intégrer l’IUT de Montpellier où elle obtint son diplôme d’analyste programmeur.

Elle aurait pu continuer ses études et devenir ingénieur, mais elle perdit son père à l’âge de 20 ans et dû commencer à travailler.

 Sa carrière débuta chez Olivetti, origine italienne oblige, puis elle participa à la mise en place des systèmes informatiques à Pechiney,

Puis elle devint associée dans une société de logiciels où elle exerça pratiquement toute sa carrière.

 Passionnée par la transmission et le partage, toujours dans cet esprit d’entraide qui était le fil rouge de sa vie, elle s’investit comme auxiliaire de vie scolaire aux collèges de Rousset et de Gréasque, notamment auprès des enfants autistes..

Marlène participa à de nombreuses associations, toujours discrète, car ce qui lui tenait le plus à cœur, c’était avant tout d’aider les autres.

Elle faisait partie de ces personnes dont on dit : jamais indifférente et toujours présente.

 On ne peut pas parler de Marlène sans évoquer le bien le plus précieux qui était pour elle sa famille, sa famille qui l’a aidée, accompagnée et soutenue tout au long de cette année.

Si Marlène avait souvent un sourire pétillant, c’était surtout grâce à ses enfants et petits-enfants Estelle, Philippe, Juliette, Alexio, Nathalie.

 Et puis, il y a des personnes dont on prononce rarement le prénom seul, pour nous, ces amis, c’était Marlène et André.

Marlène et André, font partis de ces couples indissociables, où l’on ne cite jamais le prénom de l’un sans citer immédiatement celui de l’autre.

 Ils formaient une entité unique, solide, comme s’ils ne faisaient qu’un, avec entre eux l’amour comme trait d’union.

 À leur première rencontre, Marlène avait 14 ans, André 17, puis le hasard de la vie les sépara, un temps, mais comme toutes les belles histoires d’amour, ils se retrouvèrent. Il y a quelques jours, ils venaient de fêter leurs 20 ans de mariage et leur 25 de retrouvailles comme dit André.

Un mariage où cela était pour le meilleur et pour le meilleur, à aucun instant l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre ne les a quittés et ne les quittera jamais.

Une vie heureuse, une vie complice et même à travers l’épreuve qu’elle traversa, l’amour d’André l’accompagna jour après jour, à travers mille attentions.

Jusqu’au dernier instant, où elle le passa dans les bras de l’homme qu’elle aimait.

 Nous perdons une personne chère à notre cœur car Marlène avait le don de cultiver l’amitié, comme d’autre leur jardin, avec bonheur, fidélité et bienveillance.

Et le plus bel hommage que l’on puisse lui rendre est de ne jamais oublier ses yeux pétillants de bonheur, et d’essayer d’apporter, comme elle, de la joie aux personnes qui nous entourent et nous sont chères.

 Au nom de tous les élus et de tous les membres de notre équipe, nous présentons toutes nos condoléances à sa famille.

 Un hommage solennel lui sera rendu lors du prochain Conseil Municipal.

Visite de Quartier Jean de Bouc / Les Clapiers

Unknown

Le 16 Mai, nous nous sommes rendus aux Clapiers pour une visite de quartier.

Plusieurs problèmes sont récurrents : pollutions atmosphériques, circulation intense des bus du Pays d’Aix en raison d’un centre de dépôt des véhicules, des terrassements ou remblais prévus dans la zone d’aménagement de Jean de Bouc et non réalisés.

Les riverains se sont plaints de l’ensemble de ces désagréments, recevant toujours la même réponse de la municipalité : oui, oui, on est au courant, on s’en occupe ! Oui, mais la question est quand ?

Des efforts ont été faits à la Déchetterie de la Malespine pour lutter contre les odeurs, mais cela reste  insuffisant. Selon les vents, les riverains doivent garder les fenêtres de leurs maisons fermées …

Les Bus du Pays d’Aix empruntent une route très étroite et inadaptée à leur circulation, une solution facile à mettre en oeuvre serait une prolongation de la route du dépôt sur la zone de Jean de Bouc (20 mètres au plus de goudron).

Sans compter que les Bus doivent couper la montée de Malespine (D46 route de Gréasque) pour tourner. La manoeuvre est extrêmement dangereuse pour tous les utilisateurs de la route.

Il a été présenté, il y a 10 ans, un projet d’aménagement de la zone de Jean de Bouc, plusieurs riverains y étaient même favorables, mais force de constater qu’une nouvelle fois entre le projet présenté et la réalisation finale, il y a … un très grand écart …

Les membres de notre équipe ainsi que les élus d’opposition restent à votre service (même en dehors des périodes électorales …).

Unknown-4  Unknown-3  Unknown-2  Unknown-1