Sur Gardanne, les problèmes environnementaux perdurent…

Vous êtes nombreux à nous faire part de vos inquiétudes sur ce sujet. Vous trouverez ci-après un des témoignages d’une habitante de la ville :

« Bonjour M. Garella,
Je profite de l’occasion pour vous remercier de votre visite avec votre équipe ces derniers mois vers chez nous et pour vous dire qu’il n’y a toujours pas d’amélioration, c’est encore pire, alors que certains travaux indispensables pourraient être réalisés, dans notre quartier, comme dans la ville.
En effet, toujours autant, si ce n’est plus d’odeurs de la décharge, toujours une circulation dangereuse avec les 90 bus. Nous sommes à la merci de la bonne volonté de votre ami M. Perottino pour le déblocage de l’enclavement de la sté TRANSDEV par la zone NOVACTIS. On nous laisse entrevoir que… mais toujours des promesses depuis + de 10 ans…
Toujours rien sur l’aménagement de l’intersection du chemin des Clapiers avec la départementale 46.
Toujours les bruits de démarrage et de fonctionnement de la centrale biomasse, qui dépassent les mesures recommandées prouvées par des rapports mais le préfet fait volte-face et décide de continuer… à nous polluer…
Quant aux nuisances de l’usine préhistorique ALTEO qui va vers la valorisation des boues rouges de l’usine stockées à Mange-Garri, les enjeux financiers sont la priorité de tous : Etat, élus, exploitants, salariés, aidés par l’omerta des Gardannais… alors que de probables scandales sanitaires et financiers vont éclater dans les mois ou années à venir…
Le mouvement des « gilets jaunes » (que je dissocie des « casseurs ») reflète bien, sur le plan national, ce que je ressens au niveau de Gardanne qui déroule un tapis rouge pour la venue de l’extrême droite.
Tout est fait pour continuer à enrichir des riches et taper sur les classes moyennes et rendre les pauvres encore plus pauvres.
Avec ce système, on nous prépare des générations d’esclaves salariés qui acceptent n’importe quoi pour pouvoir manger plutôt que d’être des miséreux qui n’ont plus de place dans notre société.
Un système qui privatise tous les services publics au nom de la rentabilité. Un système de grands groupes financiers à la tête de toutes ces privatisations. Il n’y a plus que les finances qui mènent notre pays, notre monde…
Ce sont les pollués qui doivent payer pour les pollueurs. Ce sont nos voitures qui polluent et pas les industriels, eux, sont exonérés de taxe carbone, obtiennent des dérogations pour polluer… (UNIPER/ALTEO)
C’est un monde futur effrayant pour nos enfants !
Voilà Monsieur Garella mon sentiment, excusez-moi de vous avouer mon état d’âme de ce jour et de vous écrire tout ça en vrac. J’aurais préféré vous en parler et développer vendredi, mais d’une part je ne peux pas venir et d’autre part j’aurais gâché votre invitation amicale…
Des améliorations ? bien sûr qu’il peut y en avoir. Elles sont faisables et modestes dans notre quartier par exemple mais encore faut-il qu’il y ait la volonté des élus, pouvoirs publics et financiers derrière, pour les réaliser et ne pas nous promettre de les réaliser…
Je reste bien sûr à votre disposition pour d’autres rencontres constructives pour le bien-être collectif.
Je vous souhaite un bon appétit pour vendredi et à bientôt sans doute.
Bien cordialement.
Une citoyenne en colère »

1 comment on “Sur Gardanne, les problèmes environnementaux perdurent…”

  1. GARCIA Eliane et Eugène Répondre

    Nous sommes entièrement d’accord avec ce qui a été dit par la citoyenne en colère et nous ressentons la même colère.
    Tout est une histoire d’argent nous ne faisons plus confiance en nos politiques (maires, députés, ministres et présidents de tous bords)

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *